La ministre rwandaise Mushikiwabo à la tête de l'OIF ?

Modérateurs: Michel, Marc Beaufrère, Varlet

Re: La ministre rwandaise Mushikiwabo à la tête de l'OIF ?

Messagepar Marc Beaufrère » Mar 07 Aoû 2018, 21:45

Entretien du Figaro avec Louise Mushikiwabo. Le style est séduisant, les intuitions intéressantes, on reste un peu sur sa fin sur le fond : quelle marge de manoeuvre a-t-on à la tête de l'OIF ? Que compte-t-elle faire ? Autre point qui me chiffonne : elle ne lève pas les doutes sur la sincérité de sa démarche. Le Rwanda a un contentieux avec la France qui semble être levé par Macron en échange de son soutien à la candidature de Mushikiwabo. Sauf que le Rwanda, par l'entremise du président Kagamé, a quasiment bani le français de son pays. Alors, est-ce une candidature torpille ? Ou est-ce une candidature sincère. Personnellement, j'aimerais y croire, et je pense qu'il est temps de tourner la page, mais j'ai des doutes que j'aimerais bien voir levés.

Je pense que là où M. Macron a sû s'entendre avec Paul Kagamé, c'est sur le fait d'arrêter de faire la morale (par l'intermédiaire des droits de l'homme) aux autres pays, petite musique que l'on entend aussi concernant la vision de la francophonie de Mme Mushikiwabo. Je suis d'accord avec cette approche : si l'on peut déplorer les entorses aux droits de l'homme, je pense qu'il est contre-productif de faire la leçon. Le changement véritable vient plutôt de l'intérieur, dans les sociétés stables (pas de guerre), à l'inverse de la déstabilisation du Moyen-Orient par les Américains. On a souvent accusé la France de soutenir les dictatures africaines, elle a surtout, à mon avis, soutenu la stabilité des régimes. Le multipartisme vient par la suite, éventuellement, lorsque la société est prête (Côte d'Ivoire, Sénégal).

Louise Mushikiwabo: «Il faut distinguer la France de la Francophonie»
"Une langue, c’est un dialecte qui possède une armée, une marine et une aviation" - attribué à Lyautey
Avatar de l’utilisateur
Marc Beaufrère
Administrateur
 
Messages: 485
Inscription: Lun 07 Jan 2013, 13:54
Localisation: Carrouges (Orne)

Re: La ministre rwandaise Mushikiwabo à la tête de l'OIF ?

Messagepar Michel » Jeu 09 Aoû 2018, 20:26

-
Dans La francophonie a-t-elle encore un avenir (https://www.lequotidien.sn/oif-la-franc ... un-avenir/), enfin un Africain qui parle vrai. Aucun Français (d’en »haut » ou d’»en bas ») n’oserait dire une chose pareille :
« Il faut arrêter la comédie qui a trop duré et admettre froidement que le français vit ses derniers instants comme langue universelle. »
Nous en comme là.
Les élites françaises iront jusqu’à encenser la langue anglaise en critiquant indirectement l’usage du français, mais mezzo voce, jamais frontalement.
D’ailleurs Gimba Konate égratigne avec acuité ces comportements désastreux :
«  Il faut les voir ces «ambassadeurs de la langue française» s’évertuer à démontrer à qui mieux mieux leur «maîtrise» de l’anglais dans un psittacisme puéril et ridicule dont ils n’ont même pas conscience. « 
Et :
« Et l’écart va continuer à s’amplifier, parce que les francophones traînent un complexe rédhibitoire vis-à-vis des anglophones, au point de s’évertuer à bien parler anglais pour être «bien vus» ».
Aucun haut (ou même moins haut) fonctionnaire en activité (ou en retraite) ne tiendra de tels propos. Il faut que ce soit un Sénégalais pour le dire.
Merci à lui pour avoir aidé la Vérité à sortir du puits.
Lao-Tseu, repris par Lénine, puis par Churchill : Là où il y a une volonté, il y a un chemin.
Michel Godet : La bonne prévision n'est pas celle qui se réalise mais celle qui conduit à l'action pour, éventuellement, empêcher qu'elle ne se réalise.
Avatar de l’utilisateur
Michel
 
Messages: 374
Inscription: Sam 26 Jan 2013, 16:09

Re: La ministre rwandaise Mushikiwabo à la tête de l'OIF ?

Messagepar Varlet » Jeu 23 Aoû 2018, 20:30

Ci-dessous un article paru sur un blogue québécois, plutôt favorable à l'élection de Mme Mushikiwabo à la tête de l'organisation. L'auteur insiste sur le fait qu'elle serait la première femme africaine à diriger l'OIF.

https://quebec.huffingtonpost.ca/fabiola-mizero/rwanda-francophonie-secretaire-generale-michaelle-jean_a_23507308/?utm_hp_ref=qc-homepage&guccounter=1

Une phrase que j'ai retenue et qui ne manquera pas d'être commentée:

Le secrétariat général de la francophonie ne doit pas être octroyé au plus francophile, mais plutôt à ceux qui ont le désir de faire des efforts pour défendre des valeurs universelles, telles la promotion de la diversité culturelle et linguistique et l'inclusion des minorités.

Qu'en pensez-vous?
Varlet
 
Messages: 174
Inscription: Jeu 10 Jan 2013, 12:51
Localisation: Chantraine ( Vosges )

Re: La ministre rwandaise Mushikiwabo à la tête de l'OIF ?

Messagepar Italien » Jeu 13 Sep 2018, 12:55

« Louise Mushikiwabo n’a pas sa place à la tête de la francophonie »
https://www.lemonde.fr/idees/article/20 ... _3232.html
Italien
 
Messages: 95
Inscription: Ven 11 Avr 2014, 01:30

Re: La ministre rwandaise Mushikiwabo à la tête de l'OIF ?

Messagepar Italien » Sam 15 Sep 2018, 15:56

Varlet a écrit:Ci-dessous un article paru sur un blogue québécois, plutôt favorable à l'élection de Mme Mushikiwabo à la tête de l'organisation. L'auteur insiste sur le fait qu'elle serait la première femme africaine à diriger l'OIF.

https://quebec.huffingtonpost.ca/fabiola-mizero/rwanda-francophonie-secretaire-generale-michaelle-jean_a_23507308/?utm_hp_ref=qc-homepage&guccounter=1

Une phrase que j'ai retenue et qui ne manquera pas d'être commentée:

Le secrétariat général de la francophonie ne doit pas être octroyé au plus francophile, mais plutôt à ceux qui ont le désir de faire des efforts pour défendre des valeurs universelles, telles la promotion de la diversité culturelle et linguistique et l'inclusion des minorités.

Qu'en pensez-vous?


C'est un discours qu'on entend de plus en plus au sein de l'OIF, faire la promo des langues autochtones africaines, mais ça me rappelle aussi les propos de Philippe Blanchet, qui est pourtant si je ne me trompe pas, consultant à l'OIF. Il voue une véritable haine au primat de la langue française en France et fait la promo des langues minoritaires en particulier le provençal, évidemment pour lui le modèle c'est le monde anglo-saxon :

"C’est très français. Je ne connais aucun autre pays où la norme de la langue est aussi pesante sur la population, si ce n’est peut-être la Turquie. Il faut voir le scandale que cela a été quand le président du conseil territorial de la Corse a dit quelques mots en préambule en corse ! Mes camarades linguistes du Canada et d’ailleurs ouvrent de ces billes quand je leur raconte… En France, on considère les différences dans les manières de parler comme des déviances, comme autant d’obstacles à la vie commune. Mais cela relève du mythe."

http://www.liberation.fr/debats/2016/04 ... re_1448309
Italien
 
Messages: 95
Inscription: Ven 11 Avr 2014, 01:30

Re: La ministre rwandaise Mushikiwabo à la tête de l'OIF ?

Messagepar Italien » Sam 15 Sep 2018, 16:14

Marc Beaufrère a écrit:Décidément, la candidature rwandaise fait couler de l'encre. Aujourd'hui, je vous propose un autre son de cloche : la candidature Mushikiwabo permettrait de consolider la position du français dans la région des Grands Lacs et Macron aurait en fait un coup d'avance, en changeant la vision "ancien monde" de la francophonie :
Francophonie : que cache l'intérêt du Rwanda ?


L'article est intéressant mais il n'explique pas trop comment cette candidature rwandaise empêcherait à la RDC de basculer du côte anglophone
Italien
 
Messages: 95
Inscription: Ven 11 Avr 2014, 01:30

Re: La ministre rwandaise Mushikiwabo à la tête de l'OIF ?

Messagepar Varlet » Dim 16 Sep 2018, 19:18

Pour répondre à Italien:

Au sujet de M. Blanchet : Après lecture de l'article que vous postez, j'avoue approuver une grande part de ses analyses : est-il normal de discriminer les gens suivant leur accent ? Les Français ont encore beaucoup d'efforts à faire pour devenir sur ce point plus tolérants et comprendre que l'accent de France ( en fait de Paris) n'a pas vocation à devenir la norme dans les pays francophones, tout simplement parce que le français n'est plus la propriété exclusive de la France !
En ce qui concerne la promotion des langues autochtones encouragées, selon vous mais c'est probablement la réalité, par l'OIF, vous semblez penser ( ?) qu'elle est un frein au développement du français. Il faut pourtant regarder les faits : beaucoup d'enfants, en Afrique francophone, parlent une langue autochtone africaine en arrivant à l'école. Si on les soumet au français sans transition, le taux d'échecs sera énorme. Promouvoir les langues autochtones dès l'entrée à l'école est donc nécessaire avant de passer progressivement au français. Et puis, nous n'allons tout de même pas déposséder les Africains de leur propre langue sous le prétexte de diffuser le français ! Promouvoir les langues locales africaines et le français vont bien donc de pair.
Ce débat rejoint d'ailleurs celui que nous avons eu sur les langues régionales en France ; les avis sont, il est vrai, très partagés.

Au sujet de la candidature de la ministre ruandaise:

Y-a-t-il une menace sur l'avenir francophone de la RDC ? Certains semblent le penser, comme M. Jacques Leclerc
( http://www.axl.cefan.ulaval.ca/afrique/czaire.htm )
Je note pourtant que d'après les derniers chiffres de l'OIF de 2014, plus de 30 millions de Congolais sont francophones soit presque la moitié de la population ! Et alors que ce pays est un des plus pauvres au monde, même si cette affirmation cache la formidable énergie de ce peuple ( nous en avons la preuve, atténuée vue d'Europe, avec la musique par exemple ). N'oublions pas non plus que la définition de "francophone" est prise dans un sens très restrictif par l'OIF car elle ne concerne que des personnes comprenant des documents écrits. Il est probable que de nombreux Congolais comprennent et utilisent le français uniquement à l'oral et que le nombre de 30 millions est une estimation "basse".
En conséquence, sauf si l'OIF nous fournit de faux chiffres, il me semble qu'avec une telle base linguistique, il est difficile d'inverser la tendance et de basculer vers l'anglais, même avec la meilleure volonté du monde.
Nous savons bien que le Ruanda, avec l'aide probable d'alliés anglo-saxons cherche à déstabiliser la partie orientale de la RDC et que des évangélistes américains y font la promotion de l'anglais. Mais à moins d'une gigantesque déstabilisation ou d'un autre génocide, il me semble que cette influence peut rester limitée. Peut-être aurons-nous, au pire, à terme, une partie orientale de la RDC anglophone ? Cela n'est pas souhaitable évidemment pour la RDC - il suffit de regarder les évènements du Cameroun- , mais les Anglo-saxons n'en ont cure.

Pour finir, je terminerai sur cette interrogation : il y a quelques temps,le Maroc semblait vouloir remplacer le français par l'anglais dans l'enseignement, ce qu'il n'a pas fait . Que ferait la ministre ruandaise si elle était élue à l'OIF et qu'une telle initiative était de nouveau proposée?
Varlet
 
Messages: 174
Inscription: Jeu 10 Jan 2013, 12:51
Localisation: Chantraine ( Vosges )

Re: La ministre rwandaise Mushikiwabo à la tête de l'OIF ?

Messagepar Marc Beaufrère » Dim 16 Sep 2018, 20:48

Pour répondre à Italien et par rapport à l'article mentionné, je pense que dans l'esprit de l'auteur de l'article, celui-ci part du principe que Mme Louise Mushikiwabé est de bonne foi dans sa volonté de défendre la langue française (et pourquoi pas), et qu'en la laissant accéder au poste de Secrétaire Générale de l'OIF, cela donnerait un gage de bonne volonté de la France concernant la réconciliation franco-ruandaise. Gage de bonne volonté qui aurait ainsi une chance de déminer l'équation "langue française" = soutien aux ennemis de Ruanda pour le président Kagamé. Cela freinerait ainsi la volonté supposée de M. Kagamé de privilégier l'anglais au français. Ce sont des spéculations et je n'ai pas de boule de cristal.

Pour revenir à des arguments plus terre-à-terre, je partage le sentiment de Varlet : renverser la situation du français en RDC me paraît difficile, cela ne se décrète pas. Déjà, au Ruanda où la langue française était moins présente, celle-ci peine à disparaître et connaîtrait même un certain retour en grâce (voir mes derniers articles cités en revue de presse sur ce sujet, dont l'entretien de Mme Louise Mushikiwabé). Bien sûr, tout cela est dit depuis mon ordinateur où je ne fais que lire des articles et parmi lesquels je me fais un avis. Je pense, qu'à moins d'une sécession de l'est de la RDC (mais les habitants n'en veulent pas, ce serait une invasion plutôt), je ne vois pas comment la situation officielle du français (cela compte) pourrait être menacée. Nous sommes, sur ce forum, très intéressés par tout ce qui a trait aux langues et à leur situation, mais ce n'est pas ce paramètre qui dirige les décisions de la plupart des gens. Je pense que même Kagamé se fiche bien que le français soit promu au Ruanda ou banni ; ça ne l'intéresse que par rapport au "passé non soldé". Souhaitons surtout la paix à cette région, et que la France et le Ruanda retrouvent des liens apaisés.
"Une langue, c’est un dialecte qui possède une armée, une marine et une aviation" - attribué à Lyautey
Avatar de l’utilisateur
Marc Beaufrère
Administrateur
 
Messages: 485
Inscription: Lun 07 Jan 2013, 13:54
Localisation: Carrouges (Orne)

Re: La ministre rwandaise Mushikiwabo à la tête de l'OIF ?

Messagepar Italien » Dim 16 Sep 2018, 23:42

Varlet a écrit:Pour répondre à Italien:

Au sujet de M. Blanchet : Après lecture de l'article que vous postez, j'avoue approuver une grande part de ses analyses : est-il normal de discriminer les gens suivant leur accent ? Les Français ont encore beaucoup d'efforts à faire pour devenir sur ce point plus tolérants et comprendre que l'accent de France ( en fait de Paris) n'a pas vocation à devenir la norme dans les pays francophones, tout simplement parce que le français n'est plus la propriété exclusive de la France !
En ce qui concerne la promotion des langues autochtones encouragées, selon vous mais c'est probablement la réalité, par l'OIF, vous semblez penser ( ?) qu'elle est un frein au développement du français. Il faut pourtant regarder les faits : beaucoup d'enfants, en Afrique francophone, parlent une langue autochtone africaine en arrivant à l'école. Si on les soumet au français sans transition, le taux d'échecs sera énorme. Promouvoir les langues autochtones dès l'entrée à l'école est donc nécessaire avant de passer progressivement au français. Et puis, nous n'allons tout de même pas déposséder les Africains de leur propre langue sous le prétexte de diffuser le français ! Promouvoir les langues locales africaines et le français vont bien donc de pair.
Ce débat rejoint d'ailleurs celui que nous avons eu sur les langues régionales en France ; les avis sont, il est vrai, très partagés.



Ma question était peut-être mal formulée. J'ai lu plusieurs articles de cette personne, jamais je ne l'ai vu dire du bien de la langue française. Alors quelque soit la légitimité de son combat il est consultant à l'OIF pourquoi exactement ?
Italien
 
Messages: 95
Inscription: Ven 11 Avr 2014, 01:30

Précédente

Retourner vers Afrique subsaharienne

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité