RP58 JMarc Varlet : francisation des immigrés au Québec

Modérateurs : Michel, Marc Beaufrère, Varlet

Varlet
Messages : 198
Inscription : jeu. 10 janv. 2013, 12:51
Localisation : Chantraine ( Vosges )

RP58 JMarc Varlet : francisation des immigrés au Québec

Message par Varlet » dim. 21 janv. 2018, 10:54

Quelques articles pour se faire une idée de la francisation des immigrés récents au Québec.
Le premier nous apprend l'échec des politiques traditionnelles qui passent notamment par des cours dispensés aux nouveaux arrivants. Très peu d'entre eux suivraient effectivement ces cours et même les plus assidus seraient incapables de mener une conversation "simple" en français. Excès de pessimisme ? Peut-être faut-il aussi laisser plus de temps aux personnes pour s'approprier la langue de Molière ? Apprendre une nouvelle langue tout en s'adaptant à une nouvelle vie, en cherchant un logement ou un travail et en menant sa vie de famille, n'est évident pour personne... Le constat manque d'études plus approfondies pour expliquer ces piètres résultats. Heureusement, les Québécois, toujours très pragmatiques, sauront certainement tirer les leçons de cet échec. Le troisième article nous en donne d'ailleurs une première ébauche.

http://quebec.huffingtonpost.ca/2017/11 ... _23286495/

http://quebec.huffingtonpost.ca/2017/09 ... _23222652/

http://quebec.huffingtonpost.ca/2018/01 ... c-homepage

Avatar de l’utilisateur
Marc Beaufrère
Administrateur
Messages : 521
Inscription : lun. 07 janv. 2013, 13:54
Localisation : Carrouges (Orne)
Contact :

Re: RP58 JMarc Varlet : francisation des immigrés au Québec

Message par Marc Beaufrère » mer. 17 oct. 2018, 14:38

Aujourd'hui, je vous propose un article dont l'argumentaire a attiré mon attention. C'est la première fois que je le vois déroulé dans un journal en ligne : il faut, pour le Québec, maintenir l'usage du français, car c'est une langue d'avenir à l'international. Je vous cite le passage en question :
C'est donc dire que l'enjeu du déclin du français n'est pas qu'un enjeu existentiel pour le Québec, mais qu'il concerne également son développement économique.

Le Québec est la seule province dans les Amériques où le français est prédominant; un véritable avantage comparatif sur le continent.

Les gens qui se prononceront contre les mesures permettant une prédominance sans ambiguïté du français devront désormais non seulement expliquer pourquoi ils sont contre ce qui rend la préservation de la culture québécoise possible, mais également pourquoi ils souhaitent nuire à l'un des plus puissants vecteurs de progrès du Québec.
La question de la pertinence de la langue française est ainsi retournée habilement à l'envoyeur. Qui dit mieux ?

Le français, c’est payant!

Au passage, l'article souligne que le français recule au Canada et notamment au Québec. L'anglais aussi. La langue qui progresse le plus, ce n'est pas une langue, mais des langues : les langues allophones. Langues n'ayant aucun statut officiel et qui par conséquent ne manqueront pas de disparaître et de se fondre dans la majorité environnante, comme le démontre l'histoire des langues.
"Une langue, c’est un dialecte qui possède une armée, une marine et une aviation" - attribué à Lyautey

Répondre

Revenir à « Québec, Canada et États-Unis »