Bilinguisme et binationalité

Pour faire part d'observations, de réflexions, ouvrir le débat.

Modérateurs: Michel, Marc Beaufrère, Varlet

Bilinguisme et binationalité

Messagepar Michel » Lun 04 Jan 2016, 00:00

-
Le débat actuel sur la nationalité sous les modes de la déchéance de la nationalité (française en l'espèce) ou du statut des bi (ou multinationaux) ne peut pas ne pas recouper celui des langues.
Cette association (ou opposition) des nationalités se conçoit, comme pour les langues, de façon séquentielle : un franco-marocain doit obéir aux lois marocaines au Maroc et françaises en France. C'est une constante du droit international privé ; les couples franco américains parlent à leurs enfants tantôt en français, tantôt en anglais. Et jamais de façon concomitante : à part pour les diplomates et les fonctionnaires internationaux, on ne peut pas, dans une même journée et dans un même pays, respecter des règles juridiques différentes, comme conduire en France à gauche sur les boulevards et à droite dans les rues. Un diplomate lui, le peut ; s'il remonte les Champs Élysées à contre sens (histoire vraie), il ne doit pas être inquiété, en tout cas de manière directe. De même,on ne doit pas, dans une même phrase, mélanger des fragments de plusieurs langues, au risque de pertes de sens considérables. Ce sujet a déjà été abordé par moi-même au sujet de l'intercompréhension des langues latines :
viewtopic.php?f=5&t=140#p184. Je cite :
"Parler des langues, avec une syntaxe et un lexique réduits, empêche en effet de penser correctement dans l'une ou l'autre de ces langues. Exactement comme certains jeunes issus de l'immigration qui ne parlent ni arabe ni français correctement, ou comme certains latinos qui ne parlent bien ni l'espagnol ni l'anglais (ils parlent le spanglish). "
Pour ce qui est de la question de la nationalité, en France, comme toujours, le débat fait rage. Les positions sont tranchées. D'un côté, Esther Benbassa, sénatrice EELV, se proclame trinationale et vote contre la déchéance de nationalité (http://www.liberation.fr/debats/2015/12 ... te_1423659), de l'autre, Philippe de Villiers.
Pour ce qui est de la question de la langue, les Français sont moins regardants, en particulier les publicitaires, qui mélangent dans leurs slogans les deux langues ou pratiquent des jeux de mots combinatoires entre les deux idiomes.
Lao-Tseu, repris par Lénine, puis par Churchill : Là où il y a une volonté, il y a un chemin.
Michel Godet : La bonne prévision n'est pas celle qui se réalise mais celle qui conduit à l'action pour, éventuellement, empêcher qu'elle ne se réalise.
Avatar de l’utilisateur
Michel
 
Messages: 374
Inscription: Sam 26 Jan 2013, 16:09

Retourner vers Débats et réflexions

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités