La langue française est-elle sclérosée ?

Pour faire part d'observations, de réflexions, ouvrir le débat.

Modérateurs: Michel, Marc Beaufrère, Varlet

La langue française est-elle sclérosée ?

Messagepar Gilles Colin » Ven 09 Nov 2018, 17:50

Conclusion de la chronique de sir Michael Edwards sur le site de l’Académie française (où les commentaires ne sont pas possibles) http://www.academie-francaise.fr/tete-t ... n-anglaise
L’anglais pratique une sorte de communautarisme, où non seulement la minorité des mots français a le droit de s’exprimer comme elle veut, mais les Anglais apprécient, chez eux, des mots étrangers qui enrichissent les sens et les sons de leur langue. Le français se révèle, au fond et malgré tant d’emprunts, une langue se voulant une et indivisible, refusant le communautarisme au nom de l’intégrité de son territoire. On peut aimer, ou critiquer, l’un ou l’autre point de vue ; on peut décider ce qui est mieux pour sa propre langue, son propre pays. Cependant, n’étant au-dessus ni des langues ni des peuples, on ne peut pas juger. On peut seulement apprendre.

Mais de quelle langue française parle-t-il ? Qui refuse les mots ? Qui décide ? Je ne me reconnais pas dans cette analyse. Et vous ?
Le Dicthographe aide à trouver un maximum de mots.
https://sites.google.com/site/ledictho/
Gilles Colin
 
Messages: 36
Inscription: Lun 20 Aoû 2018, 15:34
Localisation: Reims, France

Re: La langue française est-elle sclérosée ?

Messagepar Marc Beaufrère » Sam 10 Nov 2018, 16:17

C'est un jugement hâtif. Lorsque l'anglais se faisait envahir par le français au Moyen-Age et à la Renaissance, des auteurs anglais dénonçaient cela, et s'efforçaient d'utiliser le mot équivalent d'origine germanique (ça remonte à mes cours d'université, mais il me semble que c'était Chaucer, le Shakespeare du Moyen-Age en terme de notoriété). Sans grand succès. Aujourd'hui, l'apport français a été considérable mais la source s'est tarie. Seule quelques expressions figées que l'on peut lire en italique dans les romans en langue anglaise nous renvoient à l'apport français contemporain (très modeste). La langue française a intégré de nombreux mots étrangers (italiens à la Renaissance, et maintenant anglais), mais aujourd'hui, la quantité de mot anglais s'immisçant dans la langue française est sans commune mesure avec le nombre de mots français arrivant en anglais. Et si l'on considère l'apport hispanique aux Etats-Unis, on sait bien que des Etats ont dû légiférer pour faire obstruction à l'implantation de l'espagnol en tant que langue maternelle.
Donc, quand on est en position de force, on est forcément plus ouvert que lorsque l'on remonte le fleuve à contre-courant... La position de sir Michael Edwards me paraît donc assez ingénue.
"Une langue, c’est un dialecte qui possède une armée, une marine et une aviation" - attribué à Lyautey
Avatar de l’utilisateur
Marc Beaufrère
Administrateur
 
Messages: 498
Inscription: Lun 07 Jan 2013, 13:54
Localisation: Carrouges (Orne)


Retourner vers Débats et réflexions

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron